1988 : INITIER LES FORMES PRIMORDIALES

Toujours la conscience " du temps - instant - durée ", et de la mort : concentration par rapport à l'inexistant (le passé). Dans la réitération d'une attitude apparaît le changement du procès et de la morphologie.

Peinture non-tempolyptique 2 20120815 1839370029ps, la toile instaure le lieu de la nécessité immédiate.

La mémoire - dans l'instant - contrôle le support et le geste qui l'investit. Le geste alors impératif trace les thèmes premiers, propose une initiation : émergence ou retour des formes primordiales. Primitives, ténues, tendues. Arcs arches champs et signes.

Les figures prennent corps par la couleur. Les recouvrements alors les ressèrent, les structures, organisent les surfaces et les plans. Le Noir ordonne, n'occulte pas ; il dessine la couleur, désigne, exhibe la tension de la forme et par la modulation des gris articule les figures, construit l'espace.

Les structures jusqu'alors sous-jacentes s'affirment...

Apparition, disparitions, récurrences, le jeu des trajectoires s'inscrit toujours dis/trait, sous/trait, re/trait : concrétisation d’une conscience fugace. Impulsion affirmation et contention. Mise à jour d'une ardeur spirituelle qui pose le corps comme initial.

Anne KERDRAON

Texte écrit pour l'exposition au Centre Culturel du Triangle

Rennes 1988